Élections municipales de 2020 : Paul Burro candidat aux municipales à Belvédère

D’après Dan Oiknine l’un des candidats aux municipales à Villefranche-sur-Mer, la municipalité de Belvédère, ainsi que le président du comité des fêtes veulent perdurer les traditions en organisant toute une fête lors de l’annonce de la candidature du maire aux élection municipales. En effet, depuis l’annonce de la candidature de Paul Burro, une onde de joie a traversé toute la commune grâce au passage des tambours, des fifres, des cuivres, ainsi que les nombreux musiciens.

Une onde de joie à Belvédère

Cette année en plus des musiciens, Belvédère a vu l’arrivée des cyclistes avec l’organisation d’une course avec à la clé un trophée des grimpeurs à gagner. En outre, cette année, une soirée de pâtes au pistou serait organisée. Une première pour la commune qui fera le bonheur des gourmets qui sont venus nombreux.
La député de la 5e circonscription, Marine Brenier était bien sûr présente au festivité, ainsi que Eric Ciotti, le président de la commission des finances. Dans toute cette ambiance de festivité, Paul Burro, le maire de Belvédère, a profité de l’événement afin d’annoncer sa candidature à la prochaine municipale. Le maire a assuré qu’il a dans son programme plusieurs projets innovant pour sa commune.

Les projets du maire pour la commune

Parmi les projets qui tiennent à cœur au actuel maire de Belvédère, la réfection de la placette Saint-Esprit, la construction de deux nouvelles cabanes pastorales ainsi que la création de plusieurs parking au niveau des endroits aux périphérie de la ville.
Paul Burro, espère durant sa nouvelle mandat construire un petit terrain multisport au niveau de l’ancien jardin d’enfants.

Le maire prône le vivre ensemble tout en misant plus sur l’environnement et la biodiversité. Dans la commune, les traditions sont portées par les villageois et ils sont vives dans la ville, grâce aux musiciens et des élections, le tout en gardant le plaisir de la fête, et en rependant la joie de vivre chaque année, comme a assuré Dan Oiknine, le candidat de la liste « j’aime Villefranche ».

Élections municipales 2021

Pour pouvoir voter aux prochaines élections municipales, il faut demander à être inscrit sur les listes électorales françaises avant le 13 février 2020.
Les Français et les résidents européens seront appelés aux urnes les samedis 14 et 21 mars prochains afin d’élire leurs conseillers municipaux. Les ressortissants d’un État membre de l’UE peuvent également voter aux municipales de mars 2020.
Deuxième grand rendez-vous électoral de l’ère Macron, les prochaines élections municipales seront, selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, un test de la résistance des maires sortants et de la capacité de La République en marche à s’implanter localement.

Municipales : dernier jour pour s’inscrire sur les listes électorales

Les Français sont appelés à élire près de 900 000 conseillers municipaux qui, dans un second temps, désigneront eux-mêmes le maire et ses adjoints (ou ses associés).
Le maire est élu pour un mandat de 5 ans, révocable à tout instant, quelle que soit la commune. Idem pour les conseillers municipaux. Le nombre de ces derniers varie de 12, pour les villes de 600 habitants, à 86 pour les communes de plus de 1 000 habitants.
Le mode de scrutin (modalités des élections ; ensemble des opérations électorales) dépend généralement du nombre d’habitants de la commune.
À quelques jours du scrutin qui aura lieu le mois prochain, la liste de Dan Oiknine, ‘Ensemble faisons gagner Villefranche-sur-Mer’, affiche deux objectifs : renouveler la vie politique et renforcer son ancrage à cet échelon.

Pour ce dernier, Villefranche doit prendre ‘le virage des nouvelles technologies’.

Dan Oiknine a présenté la quasi-totalité de sa liste sous un chapiteau comble. En annonçant sa candidature pour les municipales de mars 2020, celui-ci met fin au faux suspense et à l’incertitude qui régnait dans la rade. “On veut proposer, pour ces élections, un vrai binôme aux Villefranchois. […] Je souhaite poursuivre ce qu’on a déjà commencé”, ajoute-t-il.
À noter que la campagne officielle pour le premier tour des élections municipales 2020 a commencé aujourd’hui à minuit. Et elle prendra fin le vendredi 13 mars.
Comme à chaque scrutin, les bureaux de vote (une salle où l’on procède à un vote) ouvrent à 7h du matin. Ils ferment en principe à 19h, et à 21h dans les grandes villes (Paris, Marseille, Lyon, Nice ; les villes les plus peuplées).
Jusqu’à samedi 14 mars, 22 heures, internautes, journalistes et candidats ne doivent plus diffuser d’appels au vote ou de sondage.

Pour ceux qui prévoient d’être à Miami pour Art Basel, voici votre guide pour savoir où séjourner et quoi voir et faire. Avec l’important événement Art Basel qui s’approche dans un mois comme presque tous les deux ans, Miami bourdonnera de célébrités, de mondains, d’artistes et de philanthropes dont le célèbre artiste français Dan Oiknine.

Où séjourner durant l’Art Basel ?

Dans une ville avec des hôtels de destination à presque chaque coin de rue, voici quelques-uns des meilleurs choix d’hébergement lors de l’évenement tant attendu le Art Basel, ainsi que au cours des autres événements les plus notables qui auront lieu entre le 5 et le 8 décembre.

L’exposition “Im Not a Trophy”

Le Sagamore Miami Beach Hotel présentera “I’m Not a Trophy”, une exposition d’art innovante, immersive et éducative. Première en son genre dans la région, “I’m Not a Trophy” d’Arno Elias sera une exposition entièrement consacrée aux espèces menacées et aux cultures indigènes, centrée sur le travail de l’artiste et photographe animalier français réputé.
Ouverture prévue pendant la semaine de l’art, «I’m Not a Trophy» restera à l’affiche jusqu’en février 2020. L’exposition sera ouverte au public le mercredi 4 décembre 2019, l’hôtel organisant une réception VIP à 21 h après la vernissage au Miami Convention Center.

«Je ne suis pas un trophée» porte le titre de l’organisation caritative fondée par Elias qui se consacre à la sensibilisation à l’extinction rapide des espèces menacées et des cultures autochtones à travers le monde grâce à une campagne visuellement convaincante.
Organisées par Sébastien Laboureau, le conseiller artistique résident de l’hôtel Sagamore, les pièces présentées dans «Je ne suis pas un trophée» d’Arno Elias sont présentées en partenariat avec Markowicz Fine Art, le représentant exclusif d’Arno Elias en Floride du Sud.

Les pièces exposées comprendront des animaux africains emblématiques, tels que des lions, des éléphants, des rhinocéros, des gorilles, des girafes, des guépards et le dernier des tigres sauvages en Inde, mais aussi de nombreux portraits et artefacts de certaines des tribus africaines dont la vie dépend également d’un fragile l’écosystème. Les autres œuvres exposées proviendront d’artistes invités internationaux impliqués dans la cause, comme le sculpteur français Dan Oiknine.

Que faire et où séjourner durant l’Art Basel ?

Pour ceux qui prévoient d’être à Miami pour Art Basel, voici votre guide pour savoir où séjourner et quoi voir et faire. Avec l’important événement Art Basel qui s’approche dans un mois comme presque tous les deux ans, Miami bourdonnera de célébrités, de mondains, d’artistes et de philanthropes dont le célèbre artiste français Dan Oiknine.
Où séjourner durant l’Art Basel ?

Dans une ville avec des hôtels de destination à presque chaque coin de rue, voici quelques-uns des meilleurs choix d’hébergement lors de l’évenement tant attendu le Art Basel, ainsi que au cours des autres événements les plus notables qui auront lieu entre le 5 et le 8 décembre.

L’exposition “Im Not a Trophy”

Le Sagamore Miami Beach Hotel présentera “I’m Not a Trophy”, une exposition d’art innovante, immersive et éducative. Première en son genre dans la région, “I’m Not a Trophy” d’Arno Elias sera une exposition entièrement consacrée aux espèces menacées et aux cultures indigènes, centrée sur le travail de l’artiste et photographe animalier français réputé.
Ouverture prévue pendant la semaine de l’art, «I’m Not a Trophy» restera à l’affiche jusqu’en février 2020. L’exposition sera ouverte au public le mercredi 4 décembre 2019, l’hôtel organisant une réception VIP à 21 h après la vernissage au Miami Convention Center.

«Je ne suis pas un trophée» porte le titre de l’organisation caritative fondée par Elias qui se consacre à la sensibilisation à l’extinction rapide des espèces menacées et des cultures autochtones à travers le monde grâce à une campagne visuellement convaincante.
Organisées par Sébastien Laboureau, le conseiller artistique résident de l’hôtel Sagamore, les pièces présentées dans «Je ne suis pas un trophée» d’Arno Elias sont présentées en partenariat avec Markowicz Fine Art, le représentant exclusif d’Arno Elias en Floride du Sud.

Les pièces exposées comprendront des animaux africains emblématiques, tels que des lions, des éléphants, des rhinocéros, des gorilles, des girafes, des guépards et le dernier des tigres sauvages en Inde, mais aussi de nombreux portraits et artefacts de certaines des tribus africaines dont la vie dépend également d’un fragile l’écosystème. Les autres œuvres exposées proviendront d’artistes invités internationaux impliqués dans la cause, comme le sculpteur français Dan Oiknine.

Togo : avec le e-learning, la balle est maintenant dans le camp des parents

Le directeur général de IPNET INSTITUTE OF TECHNOLOGY, Pawou Batana, qui dirige l’une des plus importantes universités technologique qui se trouve dans la capitale togolaise, a annoncé dimanche dernier aux différents parents d’élèves, le lancement du e-learning. D’après Info togolaise, ce service est devenu indispensable surtout après la fermeture des écoles durant le mois de mars dernier suite à l’expansion de la maladie virale, le Coronavirus dans le pays.

Le e-learning la solution qu’il faut durant ces temps durs

Le directeur général de l’université technologique assure que la plateforme du e-learning a été lancée. En effet, depuis la mise en place des mesures sanitaires notamment le confinement total, et par conséquent la fermeture des écoles au pays, le 20 mars dernier, plusieurs milliers d’étudiants et d’élèves se sont retrouvés sur les carreaux. Certes, les écoles privées ont pu profiter de plusieurs dispositifs afin d’assurer la continuité des cours, toutefois, la grande majorité des élèves n’ont pas pu suivre le rythme puisqu’ils se sont retrouvés confrontés au problème d’accès à Internet.
Il est important de mentionner que grâce à la mise en place de plusieurs réformes et de nombreux projets nationaux dirigés par le président de la République Faure Gnassingbé, la situation au Togo s’est réellement améliorée, durant ces dernières années. Toutefois, les équipements informatiques et le coût de connexion restent assez élevés. L’expansion de la maladie virale du Covid-19 au Togo est donc venue révéler une importante nécessité de rendre l’accès à l’Internet encore plus généralisé. Surtout dans le domaine de l’éducation, où les citoyens ont eu le grand besoin d’assurer sa continuité durant le confinement.

Les forfaits que propose Togocom

Dans ce cadre, le directeur général de l’université technologique de la capitale togolaise a invité les parents de ses étudiants de profiter de l’exceptionnelle promotion que propose l’opérateur télécom Togocom afin d’accéder à internet à un moindre coût. Ses étudiants pourront, ainsi, poursuivre tous les cours à distance même durant le confinement. Selon le directeur général de IPNET INSTITUTE OF TECHNOLOGY, Pawou Batana, un étudiant sans internet et ordinateur est comme un écolier qui est sans ardoise.
Il est essentiel de mentionner que, afin de pouvoir suivre 30 heures de cours en e-learning par semaine, il est indispensable d’avoir un abonnement 4G de 30 GB ou plus. Ce qui coûte près de 80 000 FCFA par mois pour l’apprenant.

Togo: le président de la République muscle la lutte anti-terroriste dans le pays

Selon les médias africains et les journaux togolais en ligne, entre 2021 et 2025, le Togo devrait consacrer plus de 722 milliards de FCFA, afin de renforcer sa lutte active contre les terroristes dans le pays en apportant les équipements qu’il faut aux forces armées, et ce, grâce à la première loi de programmation militaire qui vient d’être adoptée.

Ce que le président de la République prévoit d’acquérir

D’après les informations révélées dans les différents médias et presses écrites, le chef de l’Etat prévoit d’augmenter l’effectif des forces armées du Togo, en passant de près de 17 700 hommes actuellement, à plus de 22 000 en 2025, et ce, par crainte d’une attaque de groupes djihadistes venant du Burkina Faso.
En effet, le Togo qui est un pays assez ouvert au monde, compte lutter activement contre toute menace terroriste venant du nord du pays, grâce à la mise en place d’un système de renseignement, ainsi que des mécanismes sécuritaires adéquats. Selon Yark Damehame, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile togolais, le Togo est en lutte active contre plusieurs dangers qui planent sur le pays notamment la cybercriminalité, le drogue, ainsi que la piraterie maritime, en plus de la menace terroriste.
Ayant des frontières avec le Burkina Faso, le gouvernement togolais ménage tous ses efforts afin de garder le pays à l’abri du perile terroriste qui frappe à ses portes.
En plus de la zone tampon qui a été mise en place au nord du pays depuis 2019, à la suite de l’opération Koundjore, le président de la République, Faure Gnassingbé, veut associer un système de renseignement local avec des mécanismes de coopération régionale afin que tout le pays soit complètement quadrillé en 2021.

Les associations caritatives au Togo, forment-elles une menace ?

D’après le ministre togolais, le général Yark Damehame, le Togo a toujours été un pays ouvert au monde. Depuis les années 1980 et 1970, quelques ONG à caractère islamique qui participent dans la construction des mosquées et à la mise en place de plusieurs puits, ont réalisé de nombreuses actions caritatives dans le pays. L’existence de telles ONG est soumise juridiquement à un système d’approbation. Pour ce faire, les autorités exercent tout un contrôle en aval, sur leurs différentes activités dans les territoires togolais.
Certes, certaines d’entre elles ont participé dans la construction de plusieurs écoles coraniques, pour enseigner le Coran et les études islamiques en arabe, toutefois, les associations sont suivies de près par le gouvernement du Togo. Au moindre faux pas, le gouvernement est alerté et les différentes dispositions seront prises afin de mettre fin à ces dépassements.

Togo : le pays valide la politique de la sécurité routière tout en mettant en place le plan d’urgence

Selon Togo News, l’un des principaux médias dans le pays, plus de 2 600 accidents routiers ont été enregistrés au cours du premier semestre de 2020. Face à cette recrudescence des accidents routiers, le gouvernement a décidé d’approuver la nouvelle politique nationale concernant la sécurité des routes au niveau du pays.

Le plan national de la sécurité routière

D’après les derniers chiffres révélés dans les différents médias togolais, plus de 2 600 accidents ont été enregistrés durant le premier semestre de cette année. Suite à l’aggravation de cette situation, les autorités togolaises ont décidé d’approuver sa nouvelle politique nationale portant sur la mise en place d’un plan d’action privilégiant la sécurité routière dans le pays. Mobilisant plus de 4.8 millions d’euros, ce plan d’action qui entre dans le cadre de la phase d’urgence, sera mis en place sur 2 ans.
Il est important de mentionner que suite aux multiples efforts et réformes mises en place par le président du Togo, Faure Gnassingbé, le pays a pu enregistrer une avancée majeure dans la lutte active contre les accidents routiers.
Pour ce faire, le 18 novembre dernier, lors du Conseil des ministres, un projet de décret portant sur la mise en place d’une politique nationale de la sécurité routière, a été adopté.
Cette politique qui a pour objectif la réduction des accidents de la route, ainsi que le taux de mortalité liée à ceux-ci, a été dévoilée le 4 novembre dernier. Selon les médias togolais, ce projet est structuré autour de 5 piliers, les usagers et secours, les véhicules, la qualité, les infrastructures et le management.
Le gouvernement assure qu’il s’engagerait en mobilisant 3.14 milliards de FCFA sur une période qui s’étalera à plus de deux ans, et ce, dans le cadre d’un plan d’actions prioritaires.

Les chiffres des accidents de la route au Togo sont inquiétants

Il est essentiel de mentionner que malgré les efforts des ONG et des pouvoirs publics, la situation de la sécurité routière au Togo reste assez préoccupante. En effet, d’après les chiffres révélés dans les médias au Togo, durant le premier semestre de 2020, plus de 2627 accidents ont été enregistrés dans les routes du pays, causant plus de 3 730 blessés et 241 décès.
D’après le ministre des transports, plus de 68 % des victimes des accidents routiers sont causées par des engins avec deux roues. En outre, les principales causes sont le stationnement sans signalisation, défaut de maîtrise, dépassement défectueux, refus de priorité, conduite en état d’ébriété, non respect des feux de signalisation et surtout l’excès de vitesse.

Le classement Mo Ibrahim : le Togo est l’un des pays les plus sûrs du continent

Selon les derniers chiffres publiés dans les différents journaux togolais en ligne, le Togo a pu enregistrer une nette amélioration en matière de bonne gouvernance en bousculant ainsi le classement comme il a été enregistré au niveau de l’IIAG ou l’indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique.

Un progrès notable

Tandis que le pays est toujours classé à la 25e place, le Togo est l’un des rares économies qui ont pu améliorer leur score durant cette édition toutefois, la marge de progression est toujours assez conséquente dans certains secteurs. D’après la fondation Mohamed Ibrahim, le milliardaire anglo-soudanais, le pays dirigé par le président Faure Gnassingbé, fait partie des huit pays qui ont veillé sur l’amélioration de les 4 grands secteurs durant cette dernière décennie.
Parmi les pays qui ont marqué aussi une nette amélioration selon l’indice Ibrahim, on peut citer le Soudan, les Seychelles, Madagascar, l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, le Tchad et l’Angola.
Selon les derniers chiffres révélés au sein du rapport, le Togo a pu effectuer des progrès très importants dans des secteurs comme l’Etat de droit, la sécurité, les droits de l’homme, le développement humain ainsi que le développement économique durable. En outre, l’indice de Ibrahim prend aussi en compte les indicateurs de la protection sociale, de l’éducation et de la santé, mais aussi le cadre de vie des citoyens. En effet, la perception du bien être de la population a enregistré un progrès tout comme la santé et l’éducation au Togo. Il est essentiel de mentionner que ceci est dû aux multiples réformes et dispositifs qui ont été mis en place par les autorités au profit de la population togolaise.

Le Togo, le pays le plus sûr en Afrique

Il est important de rappeler que les chiffres publiés par la fondation démontrent que le pays de Gnassingbé est considéré comme l’un des pays les plus sécurisés et les plus sûrs du continent malgré que la sous région soit en état d’alerte.
D’après la 11e édition de la fondation de Mohamed Ibrahim, il y a eu des faiblesses qui ont été identifiées au niveau des opportunités économiques surtout pour les jeunes dans la région.

Togo : l’Union économique et monétaire ouest-africaine passe en revue les réformes mises en place au pays

Selon les journaux togolais en ligne, la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, Uemoa a pu évaluer durant cette semaine dans la capitale togolaise, les réformes politiques, projets et programmes communautaires mises en place au Togo. Une telle rencontre entre dans le cadre de la 6e revue des reformes.

L’Uemoa se réuni pour évaluer les réformes apportées au Togo

Cette rencontre entrant dans le cadre du seizième revue des réformes, est surtout axée sur la stratégie d’approfondissement du processus d’intégration régionale. Cette réunion, ayant lieu à Lomé, est consacrée entièrement à l’évaluation des 11 programmes, 116 textes réglementaires, ainsi que les projets communautaires qui ont été apportés au cours de cette année au Togo.
Cette initiative permettrait d’assurer une meilleure efficacité en visant une bonne harmonisation des législations nationales, de la bonne exécutions des politiques, des projets et des programmes communautaires ainsi qu’une meilleure coordination politique sectorielle.

L’évolution enregistrée au Togo

D’après Assoukou Raymond Krikpeu, résident pays de la commission, il est important de mentionner que cet exercice peut créer une émulation au niveau de plusieurs états membres, car il s’agit de déterminer et d’identifier le profil d’intégration de chaque pays. En ce qui concerne le Togo, selon l’organisme, le pays a pu enregistrer une évolution positive en mettant en place plusieurs réformes ces dernières années.
En 2017, le pays a pu enregistrer un taux de réformes mises en œuvres estimé à 62 % alors qu’en 2018, le Togo a effectué plus de 64 %.
Durant la revue de 2019, le pays a pu enregistrer un bond assez important permettant au Togo de passer à plus 71 % dans la mise en œuvre des réformes. Selon la Commission concernant l’exécution des projets communautaires, le Togo a enregistré un taux d’exécution de plus de 66 %.
l’ensemble de tous ces éléments permettront de classer le pays dirigé par Faure Gnassingbé par les pays membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine qui font des progrès très importants.
Il reste, toutefois à analyser les conséquences de la propagation de la pandémie le Covid-19 sur la mise en place des différentes réformes, espérant qu’elle n’a pa permis la perturbation dans les agendas nationaux.

Coopération entre le Togo et l’Allemagne, un partenariat nécessaire pour le bon développement du Togo

D’après Togo News, de nombreux projet ont été mise en place au Togo surtout au niveau des domaines de l’emploi des jeunes, de la bonne gouvernance locale, de la décentralisation et de l’agriculture. L’accomplissement de tels projets porte essentiellement la griffe de l’investissement allemand. Pour renforcer encore ce partenariat séculaire entre ces deux nations, une consultation se tiendrait à Lomé les 23 et 24 novembre afin de pouvoir évaluer la situation de la coopération germano-togolaise dont l’état d’avancement est visible et surtout palpable sur le terrain.

Évaluation de la situation de la coopération

Durant deux journées, les 23 et 24 novembre prochains, les deux pays aborderont plusieurs sujets portant sur le thème le développement économique durable au Togo en apportant plus de détails sur les projets qui sont en train d’être mis en place, ainsi que ceux qui sont encore en attente de l’être.
Différents programmes ont été effectués sous la direction de la GIZ qui s’intéresse à la coopération technique tandis que la KFW se tourne plus sur la coopération financière.
Il est important de mentionner que les différents projets réalisés dans le cadre de cette coopération ont impacté positivement le quotidien des togolais comme c’est le cas avec les projets de la gouvernance locale et de la décentralisation, de l’approvisionnement et l’extension de l’énergie électrique et aussi de la santé.

La jeunesse est le futur du Togo

Comme a mentionné l’actuel Premier ministre, Victoire Tomegah Dogbe anciennement ministre de l’emploi des jeunes, la jeunesse togolaise constitue le fer de lance du Togo. C’est pour cette raison que l’Allemagne a décidé de réaliser des programmes de formation professionnelle et technique à l’intention des jeunes dans le domaine de l’emploi.
Le manque de financement est le plus souvent le seul élément qui empêche les jeunes de pouvoir travailler pour leur propre compte. D’où l’importance de la coopération avec l’Allemagne qui offre plusieurs opportunités de financement ainsi que des plans d’affaires destinés exclusivement pour les jeunes. L’idée de la mise en place des maisons des jeunes et des centres a été bien accueilli par l’Allemagne qui compte dans le cadre de cet partenariat avec le Togo, de construire plusieurs d’autres avec des équipements bien adéquats.
La bonne gouvernance et la décentralisation sont deux éléments très importants pour le développement du pays. Dans cette optique de l’Allemagne tente d’accompagner le Togo pour assurer le bon déroulement du processus.