Le classement Mo Ibrahim : le Togo est l’un des pays les plus sûrs du continent

Selon les derniers chiffres publiés dans les différents journaux togolais en ligne, le Togo a pu enregistrer une nette amélioration en matière de bonne gouvernance en bousculant ainsi le classement comme il a été enregistré au niveau de l’IIAG ou l’indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique.

Un progrès notable

Tandis que le pays est toujours classé à la 25e place, le Togo est l’un des rares économies qui ont pu améliorer leur score durant cette édition toutefois, la marge de progression est toujours assez conséquente dans certains secteurs. D’après la fondation Mohamed Ibrahim, le milliardaire anglo-soudanais, le pays dirigé par le président Faure Gnassingbé, fait partie des huit pays qui ont veillé sur l’amélioration de les 4 grands secteurs durant cette dernière décennie.
Parmi les pays qui ont marqué aussi une nette amélioration selon l’indice Ibrahim, on peut citer le Soudan, les Seychelles, Madagascar, l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, le Tchad et l’Angola.
Selon les derniers chiffres révélés au sein du rapport, le Togo a pu effectuer des progrès très importants dans des secteurs comme l’Etat de droit, la sécurité, les droits de l’homme, le développement humain ainsi que le développement économique durable. En outre, l’indice de Ibrahim prend aussi en compte les indicateurs de la protection sociale, de l’éducation et de la santé, mais aussi le cadre de vie des citoyens. En effet, la perception du bien être de la population a enregistré un progrès tout comme la santé et l’éducation au Togo. Il est essentiel de mentionner que ceci est dû aux multiples réformes et dispositifs qui ont été mis en place par les autorités au profit de la population togolaise.

Le Togo, le pays le plus sûr en Afrique

Il est important de rappeler que les chiffres publiés par la fondation démontrent que le pays de Gnassingbé est considéré comme l’un des pays les plus sécurisés et les plus sûrs du continent malgré que la sous région soit en état d’alerte.
D’après la 11e édition de la fondation de Mohamed Ibrahim, il y a eu des faiblesses qui ont été identifiées au niveau des opportunités économiques surtout pour les jeunes dans la région.