L’UEMOA passe en revue les réformes du Togo

La commission de l’Union monétaire et économique ouest-africaine (UEMOA) a évalué, la semaine dernière, la mise en œuvre des projets, programmes communautaires, et réformes politiques à la République togolaise. Ceci, entre dans le cadre de la septième revue des réformes. Il est important de noter que le pays de Faure Gnassingbé se montre exemplaire dans la mise en œuvre des réformes de l’Union. Le Togo a réalisé l’an dernier un taux de mise en œuvre de 72 % des réformes, en augmentation de 5 % par rapport à la moyenne communautaire qui, la même année, ressortait à 64 %. Cette revue des réformes sera, selon sani Yaya, le ministre togolais des finances et de l’économie, consacrée essentiellement à l’évaluation de 18 projets et programmes communautaires, 120 textes réglementaires.
L’initiative permet particulièrement de s’assurer de la bonne exécution des projets, programmes et politiques communautaires, de la coordination politique sectorielle, et de l’efficacité de l’harmonisation des législations nationales. D’après madame Victoire Dogbé, la cheffe du gouvernement, cet exercice crée certainement une émulation (ou encore une rivalité) au niveau de tous les pays membres de l’Uemoa, puisqu’il s’agit notamment de déterminer et d’identifier le profil d’intégration de chaque Etat. En ce qui concerne la République togolaise, ces trois dernières années ont été marquées particulièrement par une évolution (+) des réformes entamées. Pendant la revue de 2019, le pays a enregistré un bond considérable passant à 79 % dans la mise en œuvre des réformes. Une palette d’éléments classant la République togolaise parmi les pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine qui font des progrès considérables.
Toutefois, il reste à évaluer l’impact que la pandémie mondiale du coronavirus (apparu en janvier dernier en Chine, principalement à Wuhan) aura eu sur la mise en œuvre des réformes, au regard des perturbations importantes engendrées dans les divers agendas nationaux.

     Faure Gnassingbé se réjouit de la performance du Togo

Le MMC (le Millenium Challenge Corporation) a rendu publique la semaine dernière la carte des scores comptant pour l’an 2021. La République togolaise réalise en 2021 un progrès en validant 18 indicateurs sur 20 contre 12 indicateurs sur 20 en 2020. Dans chacune des 3 catégories, les indicateurs validés par la République togolaise se présentent comme suit : investissement dans le capital humain (taux d’achèvement de l’éducation primaire des filles, protection des ressources naturelles, dépenses dans l’éducation primaire), bonne gouvernance (liberté d’information, etat de droit, contrôle de la corruption, libertés civiles) et liberté économique (accès au crédit, droits fonciers et accès, politique commerciale, qualité de la régulation, inflation, politique budgétaire…).