Togo : axes prioritaires et défis actuels du Plan sectorielle de l’éducation, PSE

L’éducation ou l’alphabétisation de façon générale est un domaine d’exigence qui imposant des défis constants et sollicite beaucoup d’actions fortes. Au Togo, ce secteur à travers le plan sectoriel de l’éducation (PSE), arrive bientôt avec de nouvelles orientations qui compteront pour la période (2020-2030).
En effet, élaboré depuis 2010 et révisé en 2013, à travers, cette troisième version, le PSE entend faire le diagnostic des maux qui minent le secteur dans une perspective de mise en œuvre des dispositions pertinentes pour l’éducation pour tous. Pour ce faire, ce plan propose donc des approches de solutions pouvant répondre efficacement aux défis de l’heure notamment l’accès de tous au service éducatif, l’équité, et surtout la qualité des unités d’enseignement pédagogiques.
Cependant, au lendemain de la réactualisation de ce nouveau plan sectoriel dans un contexte de réformes structurelles adaptée à chaque secteur d’apprentissage (éducation de base, le post éducation, l’enseignement supérieur), il serait souhaitable de faire un état des lieux des progrès obtenus sur la période (2010-2020) afin de permettre une meilleure identification des défis restants à relever pour performer le système dans sa globalité.

Axes prioritaires pour l’éducation au Togo

De 2010 à 2020, le Togo comptait assurer au titre des priorités pour son secteur éducatif : l’amélioration du taux de réussite du premier cycle du secondaire en particulier dans les zones rurales, l’adaptation de la formation technique aux besoins de l’économie togolaise, l’amélioration de la qualité du système par la transformation des écoles primaires d’initiative privées en écoles primaires publiques […].
À ce jour il faut noter que des efforts ont été consentis par le pays pour améliorer le secteur. Ces efforts ont abouti notamment à un accroissement moyen annuel de prêt de 15 % dans le préscolaire et de 2.5 % du rythme annuel moyen des effectifs dans l’enseignement primaire. À cela s’ajoute des taux de réussite à plus de 60 % aux différents examens ses dernières années d’après les chiffres sur la publiés sur la page officielle du ministère des primaires et secondaires. Cependant, des défis restent encore à relever.

Quels défis pour le secteur de l’éducation au Togo

En dépit de quelques progrès qu’on pourrait mettre à l’actif du plan d’action du secteur de l’éducation au Togo, une attention particulière se doit d’être accordée pas seulement aux enfants qui n’ont toujours pas accès à l’école, mais également à ceux qui pour des raisons diverses, ne parviennent pas à achever leur cycle primaire. La disparité sans cesse entre les effectifs des filles et garçons devra également retenir l’attention des acteurs du secteur.
La fêtes administratives au Togo viendrait donc à point nommé à travers sa réactualisation actionner les leviers pour qu’aucun enfant à l’horizon 2030 ne soit laissé pour compte. Ceci permettra de faire du secteur, un vivier de matière première sûr pour les études supérieures.
Par la voix du ministre des enseignements primaires et secondaire du Togo, Atcha-Dédji Affo, le PSE dans sa version révisée promet mettre un accent sur un enseignement de qualité, sur l’extension de la couverture du préscolaire, le développement de l’enseignement général, professionnel, et supérieur ; tout ceci en référence aux demandes du marché de l’emploi dans le pays.
Vivement l’implémentation de ce nouveau plan stratégique pour l’amélioration de la qualité de l’éducation au Togo