Togo : le déficit du budget de 2020 est estimé à 5.7 % du PIB

D’après les dernières actualités du Togo dévoilées par les journaux togolais en lignes, la Banque mondiale a publié cette semaine, la dernière édition de son rapport portant sur la situation économique au pays. Selon le document révélé par Togo News, la croissance économique au Togo a enregistré une baisse importante causée essentiellement, par l’expansion de la maladie virale dans le pays, à l’instar de plusieurs pays du monde. En outre, le journal togolais en ligne assure qu’un dépassement des indicateurs clés, est enregistré aussi bien au niveau du déficit budgétaire qu’au niveau de la dette publique.

Dynamiser l’investissement privé

Dans le cadre de la lutte active contre l’expansion de la maladie virale, le Covid-19, le président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a mis en place une série de mesures sanitaires et de gestes barrières. Toutefois, d’après la dernière étude menée par la Banque mondiale portant sur comment agir pour dynamiser l’investissement privé afin d’intervenir positivement sur la croissance et l’emploi, la mise en place de ces mesures a induit une baisse de la croissance essentiellement chez les principaux partenaires commerciaux dans le pays en portant un coup assez dur aux différentes activités économiques au Togo.
Ainsi, la croissance du pays enregistrerait une baisse estimée de 5.3 en 2019 jusqu’à 1 % durant cette année. En effet, d’après Togo News, les derniers chiffres révélés par le gouvernement assure que la croissance de 2020 serait de 1.3 %.
Selon l’institution, la croissance devrait progressivement retrouver ses couleurs à partir de 2022, et ce, essentiellement grâce aux investissements publics au niveau de l’infrastructure, mais aussi grâce aux multiples réformes qui sont mises en place suite aux recommandations du chef d’État Faure Gnassingbé, permettant l’amélioration du climat des affaires dans le pays permettant un regain de l’investissement privé.

Le Togo respecte les critères de convergence

Alors que le Togo a toujours veillé à ce qu’il respecte les différents critères de convergence mis en place par l’UEMOA visant à encourager l’installation de la nouvelle monnaie dans la région, et ce, depuis 2016, toutefois, vu les conséquences désastreuses causées par la pandémie du Coronavirus, le Togo ne pourrait pas respecter ces critères cette année. Essentiellement le critère de non dépassement du déficit de 3 % du PIB. Et cela est dû à l’augmentation des différentes dépenses essentiellement au niveau de la santé, suite à la demande de modernisation du matériel de santé, d’embauche et de formation de nouveaux agents de santé. Par ailleurs, selon le document, le niveau de la dette publique devrait enregistrer une augmentation.